Le pied est notre membre porteur, découvrez ces complexités

Publié le 01/01/2016

Structure du pied

Les origines du pied

A la naissance nous n’avons que très peu d’équilibre. Puis petit à petit, l’homme se redresse et devient bipède. Le maintien de la posture et de l’équilibre est un problème que notre cerveau, et plus particulièrement notre cervelet, régule constamment de manière autonome. Et c’est grâce au pied, qu’on entretient alors une surface d’appui sur le sol, ce qui va être déterminant dans la propulsion ou l’amortissement du sportif.

 Anatomie du pied

                D’un point de vue anatomique, les os, les ligaments et les muscles du pied vont jouer un rôle capital pour maintenir l’équilibre afin de palier à l’attraction gravitationnelle. Le pied se compose de 26 os constants et de quelques os sésamoïdes (ligaments calcifiés),de tailles et de formes différentes, repartis en 3 zones de l’arrière à l’avant : tarse, métatarses et phalanges. Les ligaments ont principalement un rôle de protection et de stabilisation des articulations grâce au lien qu’ils entretiennent avec les os. Pour permettre le mouvement du pied, les muscles et les tendons vont fournir l’énergie mécanique nécessaire. On compte 18 muscles ayant chacun un rôle particuliers (flexion ou extension, abduction ou adduction, pronation ou supination).

 Photo montrant les différentes orientation du pied

Pied en coupe intérieure et extérieure

Les courbes du pied

Les zones d'appui du pied

                Le pied va présenter trois points d’appuis en position statique. Entre chacun de ces points des arches vont se former. Ce sont des zones où le pied ne va pas toucher le sol (arche médiale ou interne, latérale ou externe et antérieure). L’ensemble de ces trois arches va former ce que l’on appelle la voute plantaire. Cette disposition anatomique va permettre aux arches de se déformer en fonction de l’instabilité et l’irrégularité du sol lors de l’appui afin d’amortir et d’accumuler de l’énergie. Lorsque la pression diminue elles restitueront l’énergie afin de retrouver leurs formes initiales. Une altération de ce système (pieds plats, pieds creux) peut conduire à terme à des pathologies sur l’ensemble du membre inférieur, notamment au niveau des hanches et du genou.

Notre voûte plantaire est richement vascularisée par de nombreux petits vaisseaux sanguins. Et, à la manière d'une éponge qui se vide et se rempli, l’alternance de pressions dépressions va permettre lors de la marche, de facilité le retour veineux dans l’ensemble de nos membres inférieurs.

                La peau superpose l’épiderme, le derme et l’hypoderme, associant cellules et glandes. Si la proportion de glandes sébacées diminue, la peau aura tendance à s’assécher. En revanche l’augmentation de glandes sudoripares va permettre une meilleure hydratation de la peau et donc augmenter la transpiration, régulant ainsi d’avantage l’augmentation locale de la température due à l’activité. Une disproportion de la quantité de ces glandes entraine différent disfonctionnement tel que les pieds secs, ou l’hypersudation.

 Les différentes blessures du pied

                Différentes blessures sont possibles au niveau de la cheville. Les principales lésions chez les sportifs sont les entorses, les fasciites plantaires, les tendinites et les lésions de la peau.

L’entorse de la cheville est la lésion qui apparait suite à une hyperextension des ligaments. Elle se soigne souvent par l’arrêt du sport (en général 2 à 8 semaines) et nécessite dans la plupart des cas d’être soigné par un ostéopathe ou un kinésithérapeute. La fasciite plantaire est une inflammation de l’aponévrose (tendon d’insertion musculaire sur l’os). Elle est très courante chez les sportifs ayant un mauvais amortissement à cause de chaussures inadaptées ou abîmés.

D’autres inflammations du pied sont relativement courantes dans le milieu sportif, comme par exemple la tendinite d’Achille, les ampoules ou les mycoses. Des chaussures ayant un mauvais amorti, ou une morphologie inadaptée au terrain, aux appuis ou à la voûte plantaire du pratiquant, peuvent provoquer des inflammations sur l’ensemble des membres inférieurs et de la colonne vertébrale (périostite tibiale, tendinite du genou, douleurs au rachis). Des chaussettes adaptées au sport permettent un meilleur amorti, un bon maintien de la cheville et une meilleure élimination de la transpiration.

Différents méthodes peuvent permettre de soulager l’inflammation occasionnée par des traumatismes. L’application de glace, d’argile et d’huiles naturelles sont conseillés pour soulager la douleur et diminuer le temps de récupération. L’utilisation de talc permet de diminuer la sudation.

 Conclusion

                Pour conclure, le pied est un organe extrêmement complexe, sur lequel repose l’ensemble du corps. Et, grâce à l’utilisation de matériels appropriés, on évite des disfonctionnements et des blessures importantes ayant un impact sur l’ensemble du corps humain.

 

                                                                                                                                                                             RIFINO Florian

Schémas : Université Jean Monnet - STAPS, Wikipédia.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire