Comment le marronnier d’Inde aide à lutter contre les jambes lourdes ?

Publié le 10/12/2019

Première vue, la phytothérapie a utilisé le marronnier d’Inde depuis des siècles. En effet, cette plante se caractérise par ses propriétés veinotropes. D’ailleurs, elle possède d’autres propriétés médicinales et vertus thérapeutiques.

Ainsi, le marron d’Inde s’utilise en interne pour

  • Qualité de tonique veineux : réduire les varices, soulager les jambes lourdes, apaiser les hémorroïdes, favoriser la vasoconstriction
  • Effets décongestionnant des œdèmes, des cernes, et de la couperose
  • Propriété anti-inflammatoire des jambes lourdes et des crampes
  • Effet tonifiant des engelures, des crampes
  • Stimulation de la résistance des vaisseaux sanguins
  • Léger effet antihémorragique des capillaires fragiles
  • Renforcement du système cardiovasculaire
  • Effet calmant des douleurs menstruelles

Par ailleurs, le marronnier commun possède un usage externe permettant de :

  • Réduire les engelures
  • Effacer les cernes
  • Diminuer les gonflements de la peau
  • Atténuer douleurs et lourdeurs des jambes en gel massage

Enfin, le châtaignier des chevaux s’indique généralement pour traiter l’insuffisance veineuse et les problèmes hémorroïdaires ainsi que la rétention d’eau.

Marronnier d’Inde : description botanique

Tout d’abord, le marronnier commun désigne un grand arbre poussant à l’état sauvage. D’ailleurs, il peut avoir une hauteur allant jusqu’à 30 m. Par ailleurs, ce végétal se développe dans les zones à climat tempéré, jusqu’à une altitude de plus de 1 000 m.

D’un autre côté, cet arbre se caractérise par un tronc de couleur gris brun et des feuilles palmées et opposées à la tige. De même, la tige compte de 5 à 7 folioles pointues avec une double dentelure. En plus, les fleurs du châtaignier des chevaux se distinguent d’une couleur blanche avec des taches roses ou rouges. Encore, le fruit du marron d’Inde se trouve dans une capsule ovale possédant des épines vert pâles.

En bref, le nom de marron d’Inde désigne le fruit, qui ressemble à la châtaigne.

De surcroît, seuls l’écorce, les graines et les bourgeons s’utilisent du marronnier d’Inde. Effectivement, la graine renferme des :

  • Saponosides triterpéniques
  • Flavonoïdes : quercétol et kaempférol
  • Tanin catéchique : polyphénolique

Par contre, l’écorce comprend de :

  • Aescine
  • Hétérosides coumariniques
  • Esculoside (glucoside de l’esculétol)
  • Antioxydants
  • Vitamine P
  • Polysaccharide
  • Stérol

Utilisation du marronnier d’Inde : ses origines en phytothérapie

À première vue, le marron d’Inde trouve son origine en Asie Mineur depuis la période glaciaire. Ensuite, l’arbre s’est répandu dans le nord de l’Europe centrale depuis 1557. Par contre, l’utilisation du fruit n’a commencé qu’au cours du XVIIIe siècle, pour traiter :

  • Bronchites chroniques
  • Vertiges
  • Épilepsie
  • Migraines
  • Saignements utérins
  • Hémorroïdes
  • Catarrhes de l’intestin

Par contre, l’appellation de l’arbre par « châtaignier des chevaux » confère à son utilisation par les vétérinaires pour guérir la toux chronique des équidés.

Enfin, la tradition française préconisait d’avoir des marrons d’Inde sur soi pour prévenir les :

  • Rhumatismes
  • Lombalgies
  • Accès de goutte

Précautions d’emploi du marronnier d’Inde

D’abord, vous ne devez jamais appliquer de décoctions, de crème ou de gel de cet arbre sur des plaies ulcérées. En effet, le marron d’Inde est contre-indiqué pour les femmes enceintes ou qui allaitent ainsi qu’aux très jeunes enfants.

En plus, vous devez éviter l’usage interne du marron d’Inde, en cas d’insuffisance rénale ou hépatique et de diabète insulinodépendant.

Par ailleurs, vous pouvez remarquer des effets indésirables en l’utilisant. Effectivement, le châtaignier des chevaux renferme une substance éventuellement toxique (esculine).

D’un autre côté, vous devez prendre en compte les interactions avec des plantes médicinales ou des compléments ainsi que certains médicaments avec le végétal.

  • Risque d’effet hypoglycémiant
  • Interaction avec les médicaments anticoagulants ou contenant du lithium

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire